Découvrez qui se cache derrière HISA !

pour mieux comprendre nos actions

Vanessa RISPAL

Trésorière de HISA – Ingénieure agronome

Vanessa s’est orientée vers les problématiques environnementales, notamment la pollution de l’eau, les déchets, les problèmes multi-acteurs qui caractérisent souvent les conflits entre hommes et animaux. Elle a travaillé à Madagascar en bureau d’études, en lien avec les parcs nationaux et les filières agronomiques. Ses voyages l’ont conduite en Amérique du sud, Afrique australe, Asie et en particulier au Zimbabwe où elle s’est impliquée dans la protection des grands carnivores tels que les lions et les Hyènes. En 2008, elle a participé à la réalisation de documentaires sur les conflits hommes/animaux aux alentours du parc national de Hwange, dans le nord-ouest du Zimbabwe.

Jean-Pascal ARNAUD

Secrétaire de HISA – Logisticien, tout à tout

Jean-Pascal est passionné de surf, d’océan et de faune sauvage. Il a passé beaucoup de temps à chercher la vague parfaite dans les coins les plus reculés de la planète. Après un DESS en aménagement du territoire, il a suivi un parcours plutôt éclectique, de la Chambre d’agriculture de la Gironde à apprenti charpentier, en passant par la création de son entreprise de vente en ligne de matériel de puériculture bio. Aujourd’hui, il cherche une nouvelle voie, ce qui lui permet de consacrer plus de temps à HISA et à son autre passion, la photographie.

Loïc LECHELLE

Membre actif de HISA – Photographe, réalisateur

Loïc s’est spécialisé dans la faune du Kenya, et la faune de (haute) montagne.

Il crée son association de protection animalière à l’âge de 10 ans, à laquelle il se dévoue corps et âme et il rêve secrètement de devenir félinologue.
Les années passent et son parcours estudiantin dévie, il se forme alors dans le domaine de l’encadrement sportif et se spécialise dans les sports de haute montagne, il est également constructeur de cabanes perchées, Loïc est un homme de terrain.
Il explore régulièrement les montagnes du monde avec son fidèle compagnon Denver, un chien-loup canadien : Cordillère des Andes (Chili, Argentine, Perou, Bolivie, Equateur), Rocheuses (USA, Canada), Alpes (Suisse, Italie et France), Alpes scandinaves (Norvège, Suède), Aberdare (Kenya)…
Aujourd’hui, il est directeur de sa propre société de productions audiovisuelles (megapixailes.com), anime des stages photo en régions isolées et en brousse africaine, fait des reportages photo/vidéo sur des sujets qui le passionnent. Il s’attaque avec nous à la préservation des félins, qu’il affectionne particulièrement.

William CROSMARY

Expert Conservation de HISA – Docteur en biologie

William est spécialiste en écologie et conservation des grands mammifères. Il parcourt l’Afrique depuis dix ans au cœur des grands parcs nationaux, et dans leurs zones périphériques où hommes et grande faune se côtoient.

Il a notamment travaillé deux ans à la Fondation IGF, période pendant laquelle il a effectué de nombreuses missions de terrain et coécrit de nombreux rapports sur le suivi et l’état de la grande faune. Il est en particulier coauteur de plusieurs rapports d’expertise pour l’UICN et la FAO sur l’état des populations de lion d’Afrique, et sur la résolution des conflits les opposant aux communautés humaines locales.

Pendant trois ans au Zimbabwe, William a été le responsable in situ du projet CNRS-CIRAD-Hwange Environmental Research Development. Il y a notamment mené des recherches scientifiques à propos des effets de la chasse sur l’écologie des grands herbivores.

Aujourd’hui basé entre le Canada et la France, ses recherches l’amènent à s’intéresser aux populations d’orignaux dans les forêts du Québec.

En 2011, William participe à la création d’HISA avec pour but principal d’œuvrer à la conciliation entre conservation de la faune sauvage et développement durable des communautés humaines.

Gaëlle DARMON

Membre hyper-active pour HISA – Biologiste 

Gaëlle s’intéresse aux relations entre la faune sauvage, son habitat et les activités humaines. Ses recherches l’ont amenée à travailler dans différents types d’écosystèmes, des pâturages alpins à la forêt boréale. Son objectif est de comprendre comment les animaux s’adaptent à leur environnement ou quel est leur rôle dans le fonctionnement des écosystèmes.

C’est aussi de déterminer les mesures les plus efficaces pour protéger les écosystèmes. Gaëlle veut mettre à profit ses expériences dans la recherche pour aider à trouver des solutions concrètes pour concilier les activités humaines et la préservation de la nature.

Tommy GAILLARD

Membre Hyper-actif de HISA – Biologiste

Tommy est un jeune biologiste passionné spécialisé en écologie comportementale. Au cours de ses dernières années de formation son interêt s’est porté principalement sur les problématiques liées à la cohabitation entre l’homme et la faune sauvage. L’urgence de préserver les espèces animales et répondre aux besoins des populations rurales constitue un double défi qui lui tient particulièrement à cœur. Sa détermination l’a conduit au Zimbabwe où il a réalisé plusieurs missions de terrain dans le parc national de Hwange. Son dernier travail de recherche visait à mieux comprendre les
mécanismes sous-jacents des dommages aux cultures causés par les éléphants et les babouins.

Au cours de ces dernières décennies, nombreux moyens de protection ont été testés pour réduire les dommages de la grande faune sauvage sur le bétail domestique et les cultures. Partager l’expérience acquise des locaux demeure par conséquent une approche qui mérite d’être renforcée. C’est ainsi qu’il a mis en place le projet Coexist avec pour principal objectif de promouvoir le partage des pratiques de coexistence entre les différents acteurs locaux à travers le monde. Tommy a récemment rejoint l’équipe d’HISA pour mener à bien ce projet. La première étape a été réalisé cet été dans les Alpes suite à 3 mois de terrain entre la France, la Suisse et l’Italie (voir https://humanwildcoexist.wordpress.com/).

Perrine CROSMARY

Présidente de HISA – Réalisatrice

Réalisatrice de documentaires animaliers et exploratrice pour Canal + sur cette thématique, elle est « l’envoyée spéciale » pour HISA. Formée en Archéologie avec une spécialité en Zoologie, ses recherches l’ont amenée à travailler sur les relations prédateurs / proies et l’analyse des relations des premiers hommes avec la faune sauvage. Ses nombreuses années sur le terrain, principalement en Afrique australe et de l’est, lui ont permis de s’investir auprès des différents acteurs de la protection de la nature et des communautés locales confrontées à la proximité de la faune sauvage de nos jours. Lutte anti-braconnage, recherche scientifique, programme de conservation, éducation, enquêtes, au sein de l’Association HISA Perrine cherche à mettre à profit ses connaissances et ses expériences de terrain afin de trouver des solutions pour atténuer les conflits et réduire la perte de biodiversité.

Marine DROUILLY

Membre actif — Ecologiste

Marine a décidé de consacrer sa vie à la conservation des espèces, et a choisi la voie de la recherche appliquée pour ce faire. Les carnivores et les conflits qu’ils rencontrent avec les populations humaines la passionnent tout particulièrement. L’écologiste est motivée par les challenges que représentent la conservation des carnivores et le développement durable des populations qui les côtoient.

En débutant comme assistante de recherche sur le terrain pour des programmes scientifiques d’écologie animale et de conservation, Marine a peu à peu acquis l’expérience nécessaire pour mieux comprendre les problèmes que rencontrent les prédateurs  à travers le monde, de l’Alaska à l’Amérique latine en passant par l’Afrique australe.

En 2012, elle créé son propre projet, le « Karoo Predator Project » visant à comprendre les mécanismes écologiques et sociologiques sous-jacents aux conflits entre éleveurs et mésoprédateurs en Afrique du Sud. Ses recherches font parties de sa thèse de doctorat qu’elle poursuit à l’Université du Cap. Marine travaille également avec les grands groupes de conservation internationaux que sont l’UICN et le WWF, pour qui elle a évalué les statuts de plusieurs prédateurs en Afrique australe et écrit plusieurs rapports d’expertise sur les conflits. Elle attache une grande importance à l’éducation des populations et au rôle que peuvent jouer les médias dans la conservation de la Nature.